Corps : gommage & compagnies, Natural lifestyle

Comprendre la transpiration : naturelle et vitale

La transpiration… Quand on évoque ce terme, beaucoup font une mine disgracieuse en évoquant des superlatifs négatifs.

Transpirer est un phénomène naturel même vital. C’est sûr, personne n’aime sentir trop fort mais doit-on vraiment lutter contre la transpiration ?

Quelques notions de biologie : la transpiration expliquée

Définition

Phénomène naturel, c’est surtout une fonction vitale de la peau. En cas de forte chaleur, la transpiration permet au corps de réguler sa température grâce à l’évaporation (phénomène de thermorégulation). Comme le montre le schéma ci-dessous, la transpiration (ou sueur) est fabriquée par les glandes sudoripares.

transpiration

Source photo docteurclic.com

 

La composition

Deux éléments principaux composent la transpiration : l’eau et le sodium. Elle contient certains acides gras, qui peuvent donner cette odeur plus ou moins forte selon les individus. Elle contient également des minéraux et du lactate (forme ionisée de l’acide lactique et de l’urée).

Le mécanisme

Véritable soupape de sécurisé, la transpiration joue un rôle capital pour maintenir la température de notre corps, éliminer les toxines, mais également dans la recherche de partenaires. Oui, oui, l’odeur de l’autre peut nous attirer ou carrément nous repousser. Les glandes sudoripares vont fabriquer de la sueur qui va s’écouler naturellement par les pores de la peau et se répandre sur celle-ci.

Mais la transpiration peut également survenir lors de choc émotionnels : stress, grande émotivité, dans ce cas c’est le cerveau qui va donner l’information aux glandes sudoripares de se mettre en action;   ou tout simplement lors d’activés sportives.

Nous sommes tous inégaux face à ce phénomène naturel. Certains transpirent peu, d’autres un peu plus. La génétique également explique cette différence mais surtout notre hygiène de vie : tabac, alcool, viandes, charcuteries, épices, drogues…

Les différents types de transpiration

On en distingue deux grands types :

  • Les sueurs froides : d’après le monde médical, ce sont les plus inquiétantes, surtout quand elles sont associées à des douleurs localisées. Ce type de sueurs doit toujours alerter car elles témoignent généralement d’une souffrance de l’organisme. Elles s’accompagnent souvent de pâleur et de sensation de froid,
  • Les sueurs chaudes : elles surviennent en cas de fortes chaleurs ou de poussées de fièvres. Ce type de sueur est à surveiller surtout si elles apparaissent brutalement la nuit. Les sueurs chaudes s’accompagnent d’une coloration de la peau (rouge, rosée…).

En tout cas, les sueurs chaudes sont importantes, car elles permettent d’éliminer par les pores de la peau une infection ou tout simplement réguler sa température en cas de fièvre ou de fortes chaleurs. C’est un vrai thermorégulateur interne.

L’odeur : à surveiller.

Outre l’odeur de fin de journée au niveau des aisselles et des pieds, certaines odeurs caractéristiques sont signes d’un mauvais état de santé. Mais surtout et j’insiste sur ce point : notre transpiration est à l’image de tout ce qui rentre dans notre organisme et de notre état émotionnel. Par conséquent, si votre odeur vous indispose ou dérange votre entourage avant de vous lancer dans l’achat frénétique de produits en tout genre, il y a sûrement un ajustement à faire dans votre hygiène de vie.

Il est vrai que les personnes qui consommes plutôt des fruits et légumes auront une transpiration moins acide qu’un féru de viandes, charcuteries ou fromages. Bien sûr, je dis ceci sans jugements. De même qu’une consommation excessive d’épices qui peut dégager une odeur âcre.

C’est important de garder en tête que notre transpiration est à notre image. Il est donc primordial de comprendre notre fonctionnement pour agir sur celle-ci.

Le cas de la transpiration excessive – l’hyperhidrose

Il existe deux type d’hyperhidrose :

  • primaire : dans la très grande majorité des cas. Elle n’est pas associée à une cause identifiable. Autrement dit, elles n’est pas provoquée par une cause médicale. Elle apparaît pendant l’enfance ou l’adolescence. Les crises de transpiration ne surviennent pas pendant le sommeil. Elle apparaît alors généralement dans l’enfance ou à l’adolescence. Autre caractéristique : en cas d’hyperhidrose primaire les «crises» de transpiration n’interviennent pas pendant le sommeil.
  • secondaire : est  la conséquence d’une maladie ou d’un traitement. Déterminer quelle est la cause précise de la transpiration excessive et la traiter peut donc permettre de soulager l’hyperhidrose.

Cette transpiration peut être localisée ou généralisée. Bien souvent mal vécue, voire insupportable, l’hyperhidrose peut avoir des conséquences sociales importantes pour les les personnes qui en souffrent.

image (1)

La sueur est révélatrice de notre hygiène de vie

Comme expliqué plus haut, si vous souhaitez agir de façon naturelle sur votre transpiration il faut repérer les moments où celle-ci apparaît :

  • Après/Pendant l’effort : dans ce cas-là, c’est une réaction parfaitement normale
  • Au moment d’une émotion : dans ce type de situation la relaxation ou la prise de compléments alimentaires type Fleurs de Bach (ou autres), peut vous aider à vous calmer et à atténuer votre transpiration
  • Après un repas lourd et copieux : dans ce cas-là, je suis sûre que vous trouverez quoi faire : mangez plus léger ou modifier certains aspects de votre alimentation, la prise de tisane peut aider à éliminer ce trop plein
  • Lors de stress : de même que pour l’émotion (qui peut-être aussi bien positive que négative), il est peut-être important de vous recentrer en méditant quelques minutes par exemple
  • En cas de prise de médicaments : peut-être qu’il faudrait faire un point avec votre médecin ou voir si ce ou ces médicaments peuvent être remplacés par quelque chose de plus doux, type homéopathie.

La vraie question à se poser : doit-on forcément lutter, camoufler notre transpiration ?

Dans notre société, où on a tendance à vouloir tout aseptiser. Espérer éradiquer la transpiration c”est comme de vouloir arrêter de respirer. C’est un non sens biologique. La peau respire et la sueur en fait partie. Par contre, là où on peut agir c’est au niveau de l’odeur. En utilisant des produits respectueux du film hydrolipidique, en n’abusant pas de douches, et surtout en utilisant un déodorant clean et en ayant une hygiène de vie saine (je me répète un peu sur ce point, mais pour moi il est capital) on peut agir sur notre transpiration mais surtout sur nos odeurs corporelles. Car finalement c’est surtout ce “délicat parfum” provenant de certaines zones de notre corps qui peut nous déranger ou importuner autrui.

Il existe des recettes maison ou des produits dans le commerce pour permettre à nos aisselles de rester agréables aux nez de tous. Dans tous les cas, n’ayez pas honte.

transpiration green

Mon expérience

De mémoire, j’ai toujours eu tendance à transpirer beaucoup au niveau des aisselles. Mais tout c’est gâté quand j’ai changé de contraceptif (pilule) et quand j’ai commencé à stresser pour un rien. Pendant un temps mon odeur m’a fortement dérangé et pouvait parfois déranger mon entourage. Et je peux vous dire que cette situation n’est pas agréable.

Pour commencer j’ai arrêté de prendre un contraceptif chimique/hormonal. J’ai senti une nette amélioration en quelques semaines. Concernant le stress, j’avoue que j’y travaille tous les jours. Mais je remarque qu’en période d’anxiété je transpire beaucoup et certaines mauvaises odeurs peuvent réapparaître.

Dans mon prochain article, je vous parlerai de ma routine corps qui a vraiment changé ma vie (savons à froid, déodorants crèmes, douches courtes et moins fréquentes). Depuis je vois une nette différence et surtout j’ai remarqué une nette amélioration au niveau de l’odeur. Ce qui est un bon point.

Même si cet article n’est pas glamour au premier abord, la transpiration reste un phénomène naturel et vital. Il faut arrêter de se mettre la pression sur ce qui est acceptable socialement. La solution serait peut-être de changer notre perception de la transpiration et de vivre sans se soucier des quand dira-t’on. A trop vouloir masquer nos odeurs on finit peut-être par oublier l’essence même de notre être : nous masquons notre identité première. Car nous sommes tous uniques et notre odeur aussi. Je porte ma réflexion sur un travail  faire sur soi en aimant et acceptant l’odeur naturelle de notre peau.

Sur ces derniers mots, Greenement vôtre…

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply