Inspirations, Art de vivre & Good VibesNatural lifestyle

Le troc de vêtements : une autre façon de consommer ?

Le troc ? Qui n’a jamais rêvé de pouvoir changer des vêtements sans dépenser un centime ? Il y a quelques mois, je consacrais un article sur le minimalisme. J’échangeais avec vous ma réflexion sur notre mode de consommation, notamment dans notre rapport aux vêtements. Cela fait quelques temps que j’ai pris une décision : consommer de manière raisonnée et responsable. Je ne vous cache pas que la tâche n’est pas aisée. Entre les mails, les pubs ou autres assauts de la société de consommation (textile ou autres), le harcèlement pour dépenser toujours plus est constant.

Concernant mon rapport aux vêtements, j’avoue acheter de moins en moins, mais parfois, j’ai juste envie de changer histoire d’avoir un peu de fraîcheur dans ma garde robe. Je préfère privilégier les créateurs français, ou les marques qui ont une éthique. J’affectionne beaucoup Ekyog et 1083. De plus en plus de boutiques proposent des vêtements Made in France dans le respect de l’Homme et la Nature. Il y a donc des alternatives aux gros “mastotondes” de l’industrie textile.

Cependant, je préfère l’alternative du troc. Dernière cette démarche, c’est surtout pour donner une seconde vie aux vêtements oubliés. Autrement dit, ressortir tous les vêtements que l’on ne met plus pour les échanger contre d’autres. C’est aussi simple que ça. Personnellement, je fais surtout du troc avec mes amies, autour d’un thé gourmand bien souvent.

Troc de vêtements

Le troc, une façon de consommer éthique et responsable

Le troc ou l’échange – une façon de consommer autrement

Cette pratique devenue tendance ne date pas d’hier. Ce concept était déjà utilisé en Egypte et durant  l’Antiquité. Ce modèle a traversé les âges et resurgit souvent pendant les périodes de crises économiques. Pour certains, c’est un art de vivre.

J’ai commencé à m’intéresser au troc  il y a quelques années. Quand j’ai commencé mes études en sciences humaines, j’ai toujours été attirée par les modes de consommations alternatifs. Sans vouloir tomber dans un discours “Vivons hors système”, je suis convaincue qu’un mode de vie raisonné, responsable et éthique est primordial pour notre bien-être intérieur et extérieur.

Quand je choisis les vêtements que je vais troquer, je veille toujours à leur état. Hors de question d’en profiter pour me débarrasser de mes vieilles guenilles. Certes c’est une forme de recyclage, mais le but est que la personne puisse les porter à nouveau.

Souvent, j’invite une ou deux amies à venir prendre le thé, et par la même occasion à venir échanger leurs vêtements oubliés. Au niveau du fonctionnement, chacune se sert comme elle a envie. Contrairement à d’autres systèmes de troc, dans cet échange il n’y a pas de règles spécifiques du type “1 bien contre 1 bien”.

Ce qui me fait le plus plaisir, c’est de savoir que mes vêtements vont ravir mes amies. Dans cet échange j’ai l’impression de participer à une forme de recyclage, et quel bonheur de ne plus gaspiller son argent pour des pièces qui finiront entassées au fond du placard.

le troc de vêtements

Le troc, l’occasion d’échanger autour d’un thé

Bien sûr le troc peut s’appliquer à des biens ou services. Depuis plusieurs années, de nombreuses associations d’échanges solidaires ont vus le jour.

Les grains de SEL (système d’échange local) – des biens et services solidaires, un réseau d’entraide

Le système d’échange local est apparu au Canada dans les années 1980 et s’est développé dans la mouvance antilibérale. Il est arrivé en France en 1995 et compte aujourd’hui plus de 25 000 membres (Que Choisir – n° 104 – octobre 2006).

Un système d’échange local est un système d’échange alternatif au système monétaire et économique traditionnel. En général il s’agit d’une association qui rassemble un réseau de personnes qui échangent entre elles des biens et des services, sans souci mercantile et sans utiliser d’argent. Le système mit en place fait appel à une unité de compte. En général, cette unité est basée sur le temps passé. Le nom varie d’un système à l’autre mais ce qui est commun, est que cette “monnaie” n’a pas de valeur financière, mais seulement d’échanges de services.

L’intérêt de ce système alternatif est de s’entraider avec pour moteur la solidarité et l’échange sans limites d’âges. Quelque soit la compétence ou l’habilité de chacun, on peut tous proposer un service et en retour vous pouvez aussi faire appel aux services de ce Service d’Echange Local.

Ce système est donc basé sur le troc, le respect de chacun, l’esprit de partage et de coopération. Souvent, le Système d’échange local permet à chacun de participer à l’économie locale. Chacun apporte aux autres ce qu’il sait faire. Chacun peut demander ce dont il a besoin. Ce système permet à ceux qui ne disposent pas de ressources financières ou qui sont au chômage d’avoir accès à des services en échange de prestations qu’ils peuvent réaliser.

Si vous cherchez sur internet, je suis sûre qu’il y a une association de ce type près de chez vous.

En tout cas, je suis convaincue que le troc est un moyen de consommer autrement, de faire plaisir également. Notre société nous pousse à consommer toujours plus pour être dans la tendance. Chacune a ses priorités, clairement la mienne n’est pas de suivre les diktats de la mode. Déjà parce que mon budget ne peut pas suivre et surtout je souhaite consacrer mon budget pour des choses qui me tiennent plus à cœurs : l’alimentation, les livres, les voyages. Et quand j’ai envie de craquer sur un vêtement je privilège la qualité à la quantité. Je préfère avoir une pièce Made in France sans cruautés (animales ou humaines) que d’avoir un sac plein à craquer de vêtements que je ne porterai qu’une ou deux fois. On a toutes nos impératifs, nos priorités mais plus que jamais je souhaite consommer de manière raisonnée et responsable.

Et vous, troquez-vous également vos vêtements oubliés ?

Partager:

2 comments

  1. Alsacine 15 avril, 2016 at 13:58 Répondre

    Coucou!
    J’aime beaucoup cette idée anti-gaspillage et récupe, adopter comme tu le dis une consommation raisonnée et responsable. Lorsque je fais du tri dans mes affaires je demande aux copines/famille si ça les intéresse et sinon je les donne à mon papa qui les emmène en Roumanie puisqu’il y va plusieurs fois/an. J’ai redécouvert récemment les magasins Oxfam, où j’étais entrée sans grande conviction et finalement j’en suis ressortie avec 2 pulls et 2 gilets …
    J’essaie tout comme toi de privilégier la qualité locale si possible, ce sont des habitudes à prendre ,basées sur une réflexion en perpétuelle évolution (amélioration?).
    Ton article est top comme d’habitude, avec une mention spéciale pour le pull rayé .

    • StephieGreen 15 avril, 2016 at 14:12 Répondre

      Merci Merci Merci pour ton témoignage.. Le troc c’est la vie 🙂
      Merci pour la mention pour le pull rayé, en ce moment je ressors les petits pulls rayés..
      C’est vrai que c’est quelque chose qui me tient à cœur de consommer local. Et pour les vêtements je trouve que le troc est une bonne alternative…
      Bonne fin de journée

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *