Natural lifestyle, Se soigner au naturel

Les eaux florales et hydrolats, une grande passion

Lors d’un précédent article, je vous parlais  des huiles végétales grâce à leurs vertus extraordinaires.

Il est temps de vous avouer ma deuxième faiblesse : les eaux florales et hydrolats. Leur utilisation fait partie de mon quotidien. Je dirai même plus, je me sers de ces eaux magiques non seulement en cosmétique mais également comme trousse à pharmacie : en fonction du besoin j’utilise une eau florale ou un hydrolat spécifique.

Avant de commencer, petite mise au point.

Eau florale ou hydrolat ?

Pour obtenir une eau florale ou un hydrolat, on va procéder à une distillation, grâce à un alambic. En fonction de la partie de la plante qui va être distillée, l’un des deux termes sera utilisé.

Si on distille des fleurs, on nomme l’eau recueillie : eaux florales. Par contre, si on distille les autres parties de la plante (graines, écorce, feuilles, rameaux, etc…), l’eau recueillie se nomme hydrolat. Vous pouvez également trouver le terme hydrosol (la version anglo-saxonne de ce dernier).

Les deux termes sont assez proches. cependant le terme hydrolat est un peu plus général et plus fréquemment utilisé.

En aromathérapie, on utilise beaucoup ces “eaux miraculeuses”. On parle alors d’hydrolathérapie.

green sapin

Quelques notions d’Histoire

Dès l’Antiquité on trouve des traces de l’usage des eaux florales. Il s’agissait surtout des applications culinaires ou pour les soins de la peau. C’est vers le XVIIe siècle, où leurs utilisations a atteint son apogée : plus de 200 références étaient enregistrées. Malheureusement l’arrivée de la médecine conventionnelle à peu a peu fait oublier ses eaux, emportant avec elle le secret de leurs vertus.  Heureusement depuis quelques années, la médecine par les plantes a fait son grand retour, mettant également en lumière l’utilisation des huiles essentielles.

Le procédé de distillation

Pour obtenir un hydrolat, on utilise la distillation à la vapeur d’eau. Autrement dit plusieurs paramètres rentrent en compte :

  • les plantes sauvages ou cultivées
  • l’eau de source
  • un alambic
  • le feu

Pour obtenir un hydrolat ou une eau florale le procédé est précis. Les plantes sont tassées dans un alambic puis l’eau est chauffée jusqu’à obtenir de la vapeur d’eau. Cette dernière, sous l’effet de la chaleur traverse les plantes. Cette étape permet l’explosion des poches contenant les essences des plantes. Les molécules aromatiques sont alors libérées. Ces dernières, mélangées à la vapeur d’eau sont dirigées vers la sortie de l’alambic. Au cours de la distillation d’autres composés mais non aromatiques sont également extraits de la plante. Ils seront dirigés tour à tour vers la sortie de l’alambic.

Trois paramètres sont donc importants : la température, la pression, la durée.

A la sortie de l’alambic, on récupèrera dans un essencier : l’hydrolat et les huiles essentielles. Récupérés dans le même récipient, ils seront facilement extraits, car ils n’ont pas la même densité (principe de l’eau eu l’huile).

La naissance de l’hydrolat est donc assez complexe puisqu’elle est sujette à de multiples facteurs. L’eau se charge de tous les bienfaits de la plante. C’est une eau concentrée de bienfaits. L’eau se métamorphose : l’odeur, le goût… L’eau de source de départ s’est chargée des molécules aromatiques et des bienfaits de la plante.

Les hydrolats ont des propriétés aussi intéressantes que les huiles essentielles. Les proportions et la concentration sont simplement différentes.

Attention

Il existe des recettes maison où l’on rajoute à l’eau quelques gouttes d’huiles essentielles. Ça ne devient pas un hydrolat pour autant. Puisque, comme vous l’avez compris précédemment, l’hydrolat est né d’un procédé de distillation dans un alambic : action de la vapeur d’eau. Ces recettes maison sont aussi intéressantes mais elles n’ont pas l’appellation hydrolat.

plantes et eau

Quelle qualité choisir ?

Ils doivent impérativement être de première qualité. C’est-à-dire ?

  • 100% purs : pas de conservateur, ni d’alcool, aucun additif, aucunes traces de paraben ou de benzoate de sodium. Normalement cette information doit être indiquée sur l’emballage
  • d’origine biologique : les plantes doivent être impérativement d’origine biologique. Si la plante est issue de l’agriculture de masse, cultivée à coup de pesticides ou autres, toute cette pollution restera lors de la distillation et votre hydrolat perdra toutes ses vertus. En effet le but est de se soigner par les plantes et non de s’intoxiquer.

En cosmétique plusieurs labels garantissent l’origine et la qualité biologique des produits, je vous invite à lire cet article très bien faitAinsi, lors de votre achat vous serez vigilante sur la qualité de votre hydrolat, car on trouve de tout malheureusement dans les boutiques. Et certains paraissent être des hydrolats mais ne le sont pas.

Les hydrolats : pour quoi ?

  • beauté/cosmétique : pour les soins du quotidien : peau, cheveux, soins drainants
  • phytothérapie : calmer et apaiser les tensions, stimuler et renforcer les défenses immunitaires
  • cuisine : comme aromate ou digestif
  • entretien/hygiène : fabriquer ses propres antiseptiques, protocole d’hygiène

Les hydrolats : pour qui ?

La plupart des hydrolats sont très doux. Comme ils ne contiennent pas d’alcool, ils peuvent être utilisés par toute la famille et toutes les générations. Certains hydrolats ne sont pas recommandés pour les bébés et le femmes enceintes, car ils peuvent contenir des phyto-hormones. Si il y a des contre-indications, elles sont en général indiquées sur le flacon.

L’eau florale

La concentration est un facteur primordial dans la qualité d’une eau florale. Plus il y aura de principes actifs, plus l’eau florale sera concentrée et donc de qualité. On obtient celle-ci dès le début de la distillation. Seuls les premiers litres recueillis sont considérés comme de l’eau florale. Par contre, il faut savoir que tous les distillateurs ne prennent pas le temps de recueillir cette eau et privilégient l’hydrolat et des huiles essentielles.

Comment les conserver

Sans conservateurs et naturels, ils doivent être conservés de préférence au réfrigérateur, surtout en cas de forte chaleur. L’absence de conservateurs chimiques les rendent plus sensibles au développement des micro bactéries. Mais pas de panique! Malgré cette absence les vrais hydrolats, c’est-à-dire de bonne qualité sont très concentrés, et ils peuvent être conservés jusqu’à 24 mois, en respectant bien sûr quelques précautions (conservation à l’abri de la lumière, à température fraîche et constante).

Avant ouverture : il faut impérativement éviter tout exposition à la lumière et à la chaleur. Ces deux éléments peuvent oxyder et altérer la qualité de votre produit, voire même le faire tourner . On s’accorde à dire que la température idéale est 15°C

On s’accorde de dire que la température idéale est 15°C. Ceci dit vous pouvez très bien les conserver à l’année dans votre frigo.

Après ouverture : certains hydrolats doivent être utilisés rapidement après ouverture (2 à 3 mois pour certains). Comme dit et répété la température de conservation doit être fraîche. C’est surtout à la belle saison où il faut être très vigilent à la température, car la chaleur est une vraie contre-indication. Refermer systématiquement le flacon après usage. Cela limite la prolifération bactérienne.

La plupart des hydrolats sont conservés dans des flacons semi-opaques. Ainsi cela limite la photosensibilisation, mais surtout cela permet de surveiller s’il n’y a pas de matières en suspension. Le contenant peut être aussi bien en plastique ou en verre.

Comment savoir si votre hydrolat a tourné? Il faut faire confiance à ses sens : odorat et vue. Si vous voyez des matières en suspensions, elles ne sont pas forcément nocives. Il y a des floculations inoffensives, de couleur blanche en général. Dans ce cas-là vous pouvez filtrer votre liquide et utiliser celui-ci uniquement pour le bain ou soins d’hygiène. Par contre, s’il y a d’autres matières en suspension, que la couleur et l’odeur ont changé littéralement, il vaut mieux ne plus l’utiliser. Il est préférable de ne pas prendre de risques inutiles.

flower et eaux florales

Les différents usages

Leurs propriétés sont tellement intéressantes que l’on peut les utiliser dans plusieurs domaines de la vie quotidienne. Bien sûr en fonction de l’effet recherché, surtout si c’est dans un but thérapeutique, je ne saurais que vous recommander d’aller voir votre médecin. Même si je suis pour l’usage des plantes, en cas de symptômes graves, persistants l’avis d’un spécialiste est inéluctable.

On peut ainsi utiliser les hydrolats de plusieurs manières :

  • En soins : pour tous les bobos du quotidien, ils seront vos alliés. Par voie orale, c’est-à-dire purs ou dilués dans de l’eau, ils pourront vous aider lors de cures saisonnières ou pour certains troubles bénins. Ce sont de précieux alliés pour votre peau : utilisés en compresse ou en pulvérisation directe. En bain de bouche : en lavement après le brossage des dents ou en cas de maux de gorge. Dans le bain : moyen idéal et très adapté pour les bébés et les enfants. Pas de risque d’irritations.
  • En Cosmétologie : Parfait pour finir le démaquillage. Lors de bain de vapeur ou dans votre masque de beauté, il saura compléter votre rituel beauté. Sur cheveux humides il donnera un délicat parfum et surtout l’utilisation de certains hydrolats pourront avoir un effet thérapeutique : éloigner le poux, calmer les irritations du cuir chevelu, réguler le sébum…
  • En hygiène du quotidien : après un rinçage de main, pour aseptiser des espaces clos, ou dans la fabrication de ses propres lingettes.
  • En cuisine : utilisé comme aromate ils sauront compléter vos recettes gourmandes (desserts, vinaigrettes, jus de fruits…).
  • Pour l’entretien de la maison : parfumer la maison, les vêtements, désodoriser une pièce, pour chasser certains insectes (mouches et moustiques).

Dans certains cas, on peut associer les huiles essentielles à l’hydrolat. Quelques gouttes suffisent pour doper l’effet initial de votre hydrolat. Par contre, l’utilisation des huiles essentielles n’est pas recommandé pour toute la famille : femmes enceintes et bébés.

L’usage de ces eaux magiques, comme j’aime les appeler est infini. Quand on pense en effet à toutes les plantes et fleurs qui existent sur Terre. Il y des possibilités innombrables. Il faut surtout être vigilent sur la composition : pas de conservateurs ni d’alcool. En effet, les plantes doivent être de préférence d’origine biologique.

Au quotidien je les utilise surtout en cosmétique, et en cas de petits bobos. D’ailleurs je vais vous préparer un article sur mon top trois de mes hydrolats avec les usages possibles. La Nature regorge de bienfaits, si on sait l’écouter on peut tout trouver tant pour se soigner que pour prendre soin de soi.

Sur ce Greenement votre…

Previous Post Next Post

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Emmanuelle Emy 31 août 2015 at 11 h 37 min

    Merci pour cet article super intéressant, j’ai appris plein de choses !
    J’utilise un hydrolat tous les mains après avoir nettoyé ma peau, j’adore ce geste fraîcheur. Après j’avoue avoir du mal à juger d’un effet quelconque sur ma peau.

    • Reply StephieGreen 31 août 2015 at 12 h 19 min

      Les hydrolats c’est mon dada 🙂 C’est vrai que les effets ne sont pas perceptibles dès le début. Après tout dépend aussi des produits que tu utilises pour te nettoyer le matin. En ce moment, j’utilise l’hydrolat d’Hamamélis, avec la fin de l’été et les petites imperfections, il m’aide grandement.

  • Reply Marion 18 janvier 2016 at 14 h 54 min

    Moi mon dada c’est l’hydrolat de fleur d’oranger… merci pour la découverte, grâce à toi je ne peux plus m’en passer ! 🙂

    • Reply StephieGreen 18 janvier 2016 at 18 h 05 min

      La fleur d’oranger, une odeur incomparable. Ravie que la lotion te plaise. 🙂

    Leave a Reply